Une blague et pourtant réaliste !

220px-Valls_Toulouse_2012

Manuel Valls source: wikipedia

 

Après les élections départementales et la lourde défaite infligée au parti gauche,  je pense qu’il est mieux pour François Hollande et son gouvernement de rejoindre l’UMP. A mes yeux, il me semble que c’est la meilleure solution pour combattre le FN (le Front national), d’autant que le premier ministre Manuel Valls mène déjà une politique de droite. Ajoutons à cela que Valls a fait la campagne pour l’UMP autant qu’il l’a fait pour son propre  parti (PS), car il a appelé au front républicain et cela veut dire clairement que les militants de gauche doivent voter UMP dans les départements où les candidats de gauche n’étaient pas arrivés en tête.

Déjà, quand il était ministre de l’Intérieur Manuel Valls était très controversé. Personne n’a oublié ses propos sur les Roms. Adepte de la manière forte, il choque et déplaît à gauche. Quant à François Hollande, il a beaucoup déçu. De plus, il a affirmé qu’il ne se présentera pas à l’élection de 2017 s’il n’arrive pas à réaliser ses promesses : faire baisser le chômage et relancer l’économie. Une tâche très difficile, presque impossible à réaliser en deux années.

D’où on peut dire que la droite à déjà gagné même avant la prochaine présidentielle puisque le gouvernement de gauche qui est en place est en train de mener une politique de droite !

Le Yémen l’autre casse-tête de l’Arabie

toumast

Il semble que les pays du Golf ne savent que faire des ennemis, et ils n’apprennent pas de leurs échecs en Syrie aujourd’hui et, en Irak hier. Poussés par leur haine contre l’Iran ces pays ne savent plus quoi faire, ils ont contribuer au renforcement des extrémistes en Irak et, en Syrie pour faire tomber les régimes en place. En même temps ils protègent la minorité sunnite au pouvoir à Bahreïn. Et ils  contribuent à mater les manifestations populaires que traversent ce pays . En réalité la diplomatie de l’Arabie-Saoudite est un paradoxe partout  dans le monde. Le pays n’a qu’une seule obsession; la monté en puissance de de l’Iran où encore ce qu’il appelle « l’empire perse » ce qui explique d’ailleurs que ce pays vit dans le passé. Le chiisme n’est pas la seule chose qui préoccupe les pays du Golf, l’autre chose qui préoccupe ces pays c’est la forme républicaine, car ils sont tous dirigés par des régimes familiaux qui exerce un pouvoir absolu sans même consulter leur populations.

Ainsi l’opération militaire baptisée « tempête décisive » lancée par l’Arabie-Saoudite risque d’emporter toute la région, et surtout le pays qui dirige cette tempête. Parfois il est très facile d’allumer le feu mais le plus difficile c’est de le contrôler, surtout dans une région plein de Gaz et de pétrole. Sans oublier que le proche-orient est la région ou les idéologies ne manquent jamais.

Quant à l’Iran il va continuer à ce renforcer grâce aux erreurs des autres, ce qui lui permettra de poser plus des carte la table de négociations avec les 5+1 sur son programme nucléaire. Sachant que ce programme nucléaire n’est que l’arbre qui cache la forêt, puisque si c’est le nucléaire qui sur le table, il y a beaucoup sous la table:

1- l’embargo sur les armes iranien, car l’Iran est un pays qui fabrique les armes mais a des difficultés à exporter ces armes.

2-Le poids de l’Iran dans la sous: l Iran est un pays très influent dans la sous-région reste à savoir que cette influence est considérer comme illégale par les occidentaux. Mais la donne risque de changer parce que cette influence contribue désormais à combattre les extrémiste de « l’état islamique » et, d’Al-Qaïda. Alors on peut dire que l’ennemie de mon ennemie est mon amis. Ce qui veut dire que l’Iran et les occidentaux peuvent conclure un accord pour laisser les pays du Golf font cavalier seule.

3-Le programme balistique: Juste après la révolution islamique l’Iran s’est mis à développer son militaire y compris le programme balistique pour protéger sa révolution. Reste à savoir que l’Iran n’est pas la Corée du nord car il se trouve dans région très sensible, qui n’est pas loin de l’Europe et que ce programme balistique peut constituer une menace directe aux pays  européens.

Alors on peut dire que cette tempête risque de n’est pas être décisive, puisque l’Arabie-Saoudite et, ses alliées ne peuvent s’assurer de soutien des occidentaux, et que un accord sur le nucléaire iranien risque de bousculer tout, et laisser la main libre à l’Iran pour soutenir le chiite, sachant que ces derniers peuvent contrôler militairement le Yémen sans même le soutien de l’Iran, et c’est ce qu’il ont fait.

 

post

Vers un accord de qualité «made in Algérie»

manifestation

Une manifestation de femmes touarègues à Kidal

Il s’agit d’une fable écrite par l’Algérie et, jouée par le Mali et ses milices afin de cacher l’échec de la médiation algérienne, et contourner les revendications du peuple de l’Azawad. Nous pouvons observer facilement que l’Algérie pousse la CMA (la coordination de mouvement de l’Azawad) à faire des concessions sans limites alors que le Mali fait des surenchères sans limites . Ce qui veut dire que cet accord est d’une qualité : « made in Algérie » comme les précédents des années 1990 et 2006. Pour exprimer son rejet à ce projet d’accord la population azawadinne a manifesté dans plusieurs villes.

Vous connaissez déjà les produits « made in China » et les  produits « made in  Bangladesh » réputés par leur mauvaise qualité. C’est pareil pour le projet d’accord qui  vient d’être paraphé par le gouvernement malien et ses milices! Cet accord produit à Alger qui sera consommé après à Bamako ne parle ni de fédéralisme ni d’autonomie moins encore de l’indépendance nous dit-on. On s’interroge sur son importance, car il n’a même pas été paraphé par les groupes qui sont opposés au gouvernement malien et qui se sont révoltés en 2012.

En tout cas ce projet d’accord montre que l’Algérie n’est pas neutre dans la médiation parce que les groupes armés ont fait plusieurs concessions, alors que le gouvernement malien n’en a fait aucune. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi le Mali a toujours plaidé pour une médiation algérienne. Le gouvernement malien sait bien que l’Algérie est opposé à toute indépendance ou autonomie de l’Azawad, car une telle option peut conduit à des revendications pareilles dans le Sud algérien chez les Touaregs du Hoggar. Ce qui veut dire que l’Algérie est un ami stratégique pour le Mali puisque le peuple touareg est un ennemi commun aux deux pays.