Le G5 Sahel un Nouveau jeu

G5 Sahel

Logo du G5 Sahel, Source: Wikipédia

 

On nous dit que les G5 est la nouvelle structure des pays les plus pauvres (dont 4 sont enclaver dans le continent le plus pauvres) ces pays vont faire ce que les G7 et le G20 n’ont pas pu faire, c’est-à-dire anéantir le terrorisme. Une véritable blague n’est-ce pas?

Continue reading

Déforestation : l’Afrique entre charbons et carbone

Si en Afrique les industries n’émettent pas de gaz à effet de serre, la déforestation a des conséquences tant directes qu’indirectes sur l’environnement. En effet, les charbons qui en résultent est la principale source de CO2.

Continue reading

Nouakchott, la semaine des embouteillages

Les embouteillages sont déjà un problème qui persiste dans la capitale mauritanienne, et ce problème s’aggrave le semaines qui précèdent les grandes fêtes musulmans, car ces semaines les mauritaniens ont les yeux rivés sur le centre-ville qui regroupe les grands marchés, les bancs…

Continue reading

Elevage : une économie qui tient tête en Afrique

Source: https://www.flickr.com/photos/oxfamfrance/9026137596/

Source: https://www.flickr.com/photos/oxfamfrance/9026137596/

Malgré son importance, car il s’agit d’un des rares secteurs de l’économie africaine qui arrive à satisfaire les marchés locaux,  l’élevage subit la négligence des gouvernements africains. Il ne doit son développement qu’à certaines communautés nomades : les Touaregs, les Maures, les Peuls…

Continue reading

A Tombouctou, la méfiance s’installe

des réfugiés azawadiens

Des réfugiés azawadiens

Rien ne va plus au Mali : entre les nomades et les sédentaires, entre les Blancs et les Noirs, entre les Touaregs et les Arabes, entre le Nord et le Sud. Chaque jour la situation se détériore un peu plus et le pays aura du mal à se remettre de cette crise.

Depuis quelques semaines les populations du Nord vivent dans l’insécurité. La peur règne partout dans la région. Les nomades ne peuvent pas rentrer dans les villes pour se procurer ce dont ils ont besoin par peur des représailles. Et les sédentaires à leur tour ne peuvent pas se déplacer d’une ville à l’autre pour les mêmes raisons. Cette situation est le résultat d’une politique menée par l’Etat malien qui a semé la méfiance au sein de la population du Nord juste pour consolider sa présence. Même les Peuls commencent à quitter leurs villages pour se réfugier en Mauritanie, ce qui prouve le caractère ségrégationniste et raciste de lEtat malien. Depuis son indépendance, l’Etat malien a monté les uns contre les autres, pendant la rébellion des années 90, il a utilisé la faction MPA (le Mouvement populaire de l’Azawad) contre les indépendantistes de l’Armée révolutionnaire de libération de l’Azawad (ARLA). Aujourd’hui, il utilise les hommes de l’ARLA (actuellement sont connus sous le nom de GATIA) contre les rebelles de CMA. Diviser pour mieux régner est une ancienne stratégie de l’Etat malien.

L’Afrique d’un putschite à un dictateur !

Robert-Aziz

Il y en a qui vont dire que c’est un bon choix , et d’autres qui vont dire le contraire. Quoi qu’il en soit ce qui est intéressant pour l’Afrique, et pour les Africains, c’est d’avoir  bon dirigeant qui peut leur assurer la stabilité et la sécurité. Le fait que ce dirigeant soit un putschiste ou un dictateur n’est pas une chose primordiale, car les simples citoyens sont de plus en plus préoccupés par ce qui leur manque à savoir une stabilité politique et économique.

Ainsi se dessine le trajectoire  du continent africain qui a fait le choix du dictateur Robert Mugabe après le putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien. Alors merci  encore aux Africains  de ne pas nous  avoir pas déçus. Ce choix s’inscrit dans le cadre logique qui accorde plus d’importance aux dirigeants  qu’à leurs actes! Et plus d’importance à leurs  frontières (l’intangibilité de frontières) qu’à leurs citoyens ! Et souvent plus d’importance à leur politique étrangère qu’à leur politique intérieure, et cela malgré leur faiblesse sur la scène internationale. Mais heureusement, on est si habitué que ces paradoxes ne nous choquent plus.

Et le plus important étant de savoir qu’un bon putschiste ou un bon dictateur vaut mieux  que l’anarchie ou encore un mauvais démocrate. Icar ils sont beaucoup sur le continent les putschistes et, les dictateurs qui gèrent leurs pays plus efficacement que d’autres qui sont élus démocratiquement, et qui finissent souvent par mettre leurs pays sur le chemin de la dictature.

Il ne faut jamais céder aux chantages de la démocratie, puisque la chute de Kadhafi en Libye et de Zeine El-Abidine en Tunisie nous a appris   une bonne leçon sur la psychologie de peuples arabes qui pourrait être pareille à celle de tous les autres peuples africains. Nous avons tendance à dire que nos peuples malheureusement  ne sont pas encore mûrs pour pratiquer la démocratie. Si certains ont dit que la démocratie est une degré de noblesse, il ne faut pas que ces mots soit mal interprété par certains de nous, les africains, puisque ça, c’est une réalité, et personne ne peut l’ignorer sauf ceux qui ne veulent pas parler de leurs problèmes et, fuissent les solutions.

Nous pouvons le dire franchement la démocratie va mal partout en Afrique, si on exclu le Sénégal et, l’Afrique du sud on peut dire avec certitude que la démocratie n’est qu’un décor derrière lequel se cache l’anarchie la corruption et la  mal gouvernance; et les exemple sont très beaucoup: l’Algérie, le Niger, le Mali…

Et si un putschiste ou un dictateur peut tenir son pays sur le rail, assurer la minimum de sécurité, et de prospérité à son peuple, bien entendu la sécurité et, la prospérité ne peuvent être au détriment de liberté individuelle. Où est le problème de lui confier la responsabilité de son état ou encore de son continent. Sans oubliez qu’en Afrique et, dans le monde arabe les groupes qui s’installent à la place de dictateurs, eux aussi ne respectent pas les liberté individuelles non plus. Au contraire ces groupes impose une dictature plus brutale en plus de l’anarchie qu’ils sèment.

Le FAMA de cantonnement au « cartonnement »!

doc 010

Malgré sa faiblesse le gouvernement malien peine à reconnaitre sa défaite et, son incapacité  sur tous les plans: Militaire, politique, économique et social. Si les responsables maliens continuent toujours de parler d’une armée malienne c’est juste pour orner leurs discours; car cette armée n’a de caractères d’une armée que le nom ou encore l’uniforme. La seule chose que font les soldatesque malienne c’est massacrer les innocents touaregs et, saccager leurs

maison, ajoutons que ces soldatesque n’ont jamais gagner une bataille face aux rebelles depuis la création du Mali jusqu’à nos jours.En ce qui concerne la situation politique du Mali disons tout simplement qu’il es catastrophique car le Mali n’aurais pas pu organiser des élections sans l’intervention pour ne pas dire la manipulation française qui permis de relancer la vie politique malienne qu’était au point mort depuis le putsh  de 21 Mars 2012.Et sur le plan économique le Mali est un pays qui vive grâce aux aides, surtout grâce aux aides de sa  créatrice qui est la France. Quant au nord (l’Azawad)  il a été négligé et, marginalisé par le gouvernement central de Bamako, en plus de ses problèmes naturels: enclavement, sécheresse…

Et sur le plan social les deux communautés sont déjà très différentes, et les exactions perpétrées par l’armée malienne en Azawad ne font qu’aggraver cette situation d’intolérance, ce qui rend la cohabitation entre les deux peuple très difficile pour ne pas dire impossible.

 

CONCLUSION: Alors pour tous ces raisons l’armée malienne n’a aucune espoir les rêves de l’état malien à endiguer le courant nationaliste en Azawad. D’où les autorités maliennes ne peuvent dicter les conditions aux groupes armée du nord, car la réalité sur le terrain prouve que Mali est incapable de gérer la situation militaire ou encore administrative ce qui rend l’indépendance de cette région une option inévitable. Aujourd’hui l’armé malienne doit être cartonner et, renvoyer à Bamako car elle n’a plus sa place en Azawad.

NB: Cet article je l’avais déjà publié sur l’atelier des médias et sur mon blog kel-tamasheq