Oui pour la circulation des biens, mais…

On est dans un monde qui se confirme de plus en plus matérialiste, la matière occupe une place centrale dans ce monde. Tout le monde est presque d’accord  pour la circulation des biens, tout le monde est d’accord pour la circulation des idées, mais en ce qui concerne les personnes, aucun état n’est prêt à ouvrir ses frontières pour accueillir des êtres humains en détresse. C’est la preuve que le fabricant est devenu moins important que sa fabrication. Et que l’homme devient le serviteur de sa création (comme la frontière), au lieu de se servir de cette création pour améliorer son état de vie.

Continue reading

Un espoir de paix à Oubari

toumast

Source: toumast tv

Un accord de cessez-le-feu vient d’être signé la semaine dernière entre les Touaregs et, les Toubous, ces deux communautés s’affrontent dans le Sud-Ouest libyen depuis la chute de Kadhafi. Des combats qui ont fait plusieurs victimes de part et d’autre. Chaque communauté accuse l’autre d’être à l’origine des exactions contre ses membres.

Continue reading

Juste un match de foot

juste un matche de foot

juste un matche de foot

 

Le foot voilà un sujet qui ne m’intéresse pas beaucoup, et mon lectorat le savent bien. Mais depuis que le sujet est devenu un sujet politique plus que jamais, j’ai décidé d’y tremper la plume. Tandis que certains parlent d’un affaire de corruption, moi j’y vois juste un match de foot entre les cowboys et, les pétrodollars, et chacun joue ce match à sa manière. Continue reading

A Tombouctou, la méfiance s’installe

des réfugiés azawadiens

Des réfugiés azawadiens

Rien ne va plus au Mali : entre les nomades et les sédentaires, entre les Blancs et les Noirs, entre les Touaregs et les Arabes, entre le Nord et le Sud. Chaque jour la situation se détériore un peu plus et le pays aura du mal à se remettre de cette crise.

Depuis quelques semaines les populations du Nord vivent dans l’insécurité. La peur règne partout dans la région. Les nomades ne peuvent pas rentrer dans les villes pour se procurer ce dont ils ont besoin par peur des représailles. Et les sédentaires à leur tour ne peuvent pas se déplacer d’une ville à l’autre pour les mêmes raisons. Cette situation est le résultat d’une politique menée par l’Etat malien qui a semé la méfiance au sein de la population du Nord juste pour consolider sa présence. Même les Peuls commencent à quitter leurs villages pour se réfugier en Mauritanie, ce qui prouve le caractère ségrégationniste et raciste de lEtat malien. Depuis son indépendance, l’Etat malien a monté les uns contre les autres, pendant la rébellion des années 90, il a utilisé la faction MPA (le Mouvement populaire de l’Azawad) contre les indépendantistes de l’Armée révolutionnaire de libération de l’Azawad (ARLA). Aujourd’hui, il utilise les hommes de l’ARLA (actuellement sont connus sous le nom de GATIA) contre les rebelles de CMA. Diviser pour mieux régner est une ancienne stratégie de l’Etat malien.

Parce que les chiffres arabes ne sont pas arabes

source: www.lejdd.fr

source: www.lejdd.fr

Voilà 5 ans après le début de ce qui fut appelé en 2011 le printemps arabe, et les objectifs de cette mobilisation ou plutôt insurrection populaire sont loin d’être réalisés. Au contraire les résultats sont très négatives, aujourd’hui on assiste à l’anarchie totale, partout où ce printemps est passé: la violence en Tunisie le berceau de ce « printemps« , une guerre civile au Yémen, en Syrie, en Libye, et le retour au point de départ en Égypte (le régime militaire). Personne ne peut nier le fait que la situation est plus catastrophique aujourd’hui qu’elle ne l’est avant ce soit disant « printemps« . Ce printemps n’a pas donné jusque là aucune fleur comme il le faut au contraire il a asséché les feuilles vertes, et le sang coule partout où ce printemps a fait son passage. Et pourtant on peut toujours le nommer printemps, puisqu’il vient d’ailleurs ou d’en haut comme une phénomène climatique, si non au moins ses facteurs viennent d’ailleurs. Oui il faut poser les bonne questions: Quelles sont les origines de ces tremblements de terre  qui ont touché le monde arabe en 2011?  Et leurs facteurs sont-ils internes ou bien externes?

Ces questions sont très importantes pour comprendre ce qui se passe aujourd’hui, et pour répondre à ces questions ils faut commencer par les facteurs les plus invisibles aux yeux de certains à savoir les réseaux sociaux: facebook, twitter, youtube… ces outilles de communication ne sont pas de fabrication arabe, et il est impossible d’imaginer les mobilisations de gens sans ces outilles. Ainsi les feux de rafales qui ont fait trembler la terre sous les pieds de Kadhafi, ne sont pas de fabrication arabe non plus, et les jihadistes qui gonflent les rangs de combattants syriens eux aussi ne sont pas des syriens, non plus, et les armes qu’ils utilisent, ils proviennent d’où? sans parler de leurs sources de financement,  de leur idéologie, et de leur couverture diplomatique. En réalité tout cela provient d’ailleurs .

Je ne veux pas nier l’importance de ce mouvement qui ont secoué le monde arabe. Mais je pense qu’il ne faut jamais négliger les rôles extérieurs joués par les puissances régionales et, internationales qui ont pris le dessus sur les rôles locaux, ou nationaux. Ce sont ces puissances qui ont orienté ces mouvements dans les sens de leurs propres intérêts.  des intérêts parfois  inconciliables.

Bref lorsqu’on compte les facteurs extérieurs de ce « printemps » avec des chiffres, on peut dire que les chiffres arabes ne sont pas arabes. On aurait plutôt parlé des chiffres indiens!

Le Yémen l’autre casse-tête de l’Arabie

toumast

Il semble que les pays du Golf ne savent que faire des ennemis, et ils n’apprennent pas de leurs échecs en Syrie aujourd’hui et, en Irak hier. Poussés par leur haine contre l’Iran ces pays ne savent plus quoi faire, ils ont contribuer au renforcement des extrémistes en Irak et, en Syrie pour faire tomber les régimes en place. En même temps ils protègent la minorité sunnite au pouvoir à Bahreïn. Et ils  contribuent à mater les manifestations populaires que traversent ce pays . En réalité la diplomatie de l’Arabie-Saoudite est un paradoxe partout  dans le monde. Le pays n’a qu’une seule obsession; la monté en puissance de de l’Iran où encore ce qu’il appelle « l’empire perse » ce qui explique d’ailleurs que ce pays vit dans le passé. Le chiisme n’est pas la seule chose qui préoccupe les pays du Golf, l’autre chose qui préoccupe ces pays c’est la forme républicaine, car ils sont tous dirigés par des régimes familiaux qui exerce un pouvoir absolu sans même consulter leur populations.

Ainsi l’opération militaire baptisée « tempête décisive » lancée par l’Arabie-Saoudite risque d’emporter toute la région, et surtout le pays qui dirige cette tempête. Parfois il est très facile d’allumer le feu mais le plus difficile c’est de le contrôler, surtout dans une région plein de Gaz et de pétrole. Sans oublier que le proche-orient est la région ou les idéologies ne manquent jamais.

Quant à l’Iran il va continuer à ce renforcer grâce aux erreurs des autres, ce qui lui permettra de poser plus des carte la table de négociations avec les 5+1 sur son programme nucléaire. Sachant que ce programme nucléaire n’est que l’arbre qui cache la forêt, puisque si c’est le nucléaire qui sur le table, il y a beaucoup sous la table:

1- l’embargo sur les armes iranien, car l’Iran est un pays qui fabrique les armes mais a des difficultés à exporter ces armes.

2-Le poids de l’Iran dans la sous: l Iran est un pays très influent dans la sous-région reste à savoir que cette influence est considérer comme illégale par les occidentaux. Mais la donne risque de changer parce que cette influence contribue désormais à combattre les extrémiste de « l’état islamique » et, d’Al-Qaïda. Alors on peut dire que l’ennemie de mon ennemie est mon amis. Ce qui veut dire que l’Iran et les occidentaux peuvent conclure un accord pour laisser les pays du Golf font cavalier seule.

3-Le programme balistique: Juste après la révolution islamique l’Iran s’est mis à développer son militaire y compris le programme balistique pour protéger sa révolution. Reste à savoir que l’Iran n’est pas la Corée du nord car il se trouve dans région très sensible, qui n’est pas loin de l’Europe et que ce programme balistique peut constituer une menace directe aux pays  européens.

Alors on peut dire que cette tempête risque de n’est pas être décisive, puisque l’Arabie-Saoudite et, ses alliées ne peuvent s’assurer de soutien des occidentaux, et que un accord sur le nucléaire iranien risque de bousculer tout, et laisser la main libre à l’Iran pour soutenir le chiite, sachant que ces derniers peuvent contrôler militairement le Yémen sans même le soutien de l’Iran, et c’est ce qu’il ont fait.

 

L’Afrique d’un putschite à un dictateur !

Robert-Aziz

Il y en a qui vont dire que c’est un bon choix , et d’autres qui vont dire le contraire. Quoi qu’il en soit ce qui est intéressant pour l’Afrique, et pour les Africains, c’est d’avoir  bon dirigeant qui peut leur assurer la stabilité et la sécurité. Le fait que ce dirigeant soit un putschiste ou un dictateur n’est pas une chose primordiale, car les simples citoyens sont de plus en plus préoccupés par ce qui leur manque à savoir une stabilité politique et économique.

Ainsi se dessine le trajectoire  du continent africain qui a fait le choix du dictateur Robert Mugabe après le putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien. Alors merci  encore aux Africains  de ne pas nous  avoir pas déçus. Ce choix s’inscrit dans le cadre logique qui accorde plus d’importance aux dirigeants  qu’à leurs actes! Et plus d’importance à leurs  frontières (l’intangibilité de frontières) qu’à leurs citoyens ! Et souvent plus d’importance à leur politique étrangère qu’à leur politique intérieure, et cela malgré leur faiblesse sur la scène internationale. Mais heureusement, on est si habitué que ces paradoxes ne nous choquent plus.

Et le plus important étant de savoir qu’un bon putschiste ou un bon dictateur vaut mieux  que l’anarchie ou encore un mauvais démocrate. Icar ils sont beaucoup sur le continent les putschistes et, les dictateurs qui gèrent leurs pays plus efficacement que d’autres qui sont élus démocratiquement, et qui finissent souvent par mettre leurs pays sur le chemin de la dictature.

Il ne faut jamais céder aux chantages de la démocratie, puisque la chute de Kadhafi en Libye et de Zeine El-Abidine en Tunisie nous a appris   une bonne leçon sur la psychologie de peuples arabes qui pourrait être pareille à celle de tous les autres peuples africains. Nous avons tendance à dire que nos peuples malheureusement  ne sont pas encore mûrs pour pratiquer la démocratie. Si certains ont dit que la démocratie est une degré de noblesse, il ne faut pas que ces mots soit mal interprété par certains de nous, les africains, puisque ça, c’est une réalité, et personne ne peut l’ignorer sauf ceux qui ne veulent pas parler de leurs problèmes et, fuissent les solutions.

Nous pouvons le dire franchement la démocratie va mal partout en Afrique, si on exclu le Sénégal et, l’Afrique du sud on peut dire avec certitude que la démocratie n’est qu’un décor derrière lequel se cache l’anarchie la corruption et la  mal gouvernance; et les exemple sont très beaucoup: l’Algérie, le Niger, le Mali…

Et si un putschiste ou un dictateur peut tenir son pays sur le rail, assurer la minimum de sécurité, et de prospérité à son peuple, bien entendu la sécurité et, la prospérité ne peuvent être au détriment de liberté individuelle. Où est le problème de lui confier la responsabilité de son état ou encore de son continent. Sans oubliez qu’en Afrique et, dans le monde arabe les groupes qui s’installent à la place de dictateurs, eux aussi ne respectent pas les liberté individuelles non plus. Au contraire ces groupes impose une dictature plus brutale en plus de l’anarchie qu’ils sèment.

post

Juste une concurrence en extrémisme !

unnamed

Certains y voient un message aux Occidentaux,  d’autres y voient un message aux régimes locaux, en réalité ce message qui est la décapitation n’est qu’un message interne, cela veut dire un message destiné aux autres groupes jihadistes surtout pour dire aux courants les plus extrémistes voici le mouvement qui représente l’islam salafiste traditionnel. Ainsi l’EILL ou Daesh fait sa propagande pour gagner plus de voix auprès des fous d’Allah! Et le mouvement à bien réussi dans sa stratégie, puisque c’est le mouvement jihadiste qui est en pleine expansion, il a même réussi à éradiquer son principal concurrent (Al-Qaïda) qui était connu auparavant par son extrémisme et sa violence. Et s’il nous faut démontrer l’échéance de ce qui fut appelé en 2011 « le printemps arabe, je pense que la montée en puissance de ces groupes extrémistes est en est la meilleure preuve.

Mais ce qu’il faut souligner c’est le fait que ces groupes extrémistes font l’intérêt de tous les pays de la sous-région et, même ailleurs. Ce qui explique leur montée en puissance, et le dessus qu’ils ont pris sur l’opposition en Syrie et en Irak.

Nous pouvons dire que l’argent, les armes, et les hommes ne sont pas tombés du ciel pour ces mouvements extrémistes, mais il y a bien de pays qui ont contribué d’une manière ou de l’autre à cette anarchie que traverse la sous-région, et qui menace la sécurité mondiale. Concernant cette contribution on peut situer au premier plan les pays de la sous-région:

Syrie: en Syrie le régime en place fait tout pour discréditer ses opposants, et les manifestations populaires qui règnent dans son pays et la montée de ces extrémistes lui permet de dire à la communauté internationale qu’il ne s’agit pas d’une révolution populaire, mais d’un terrorisme mondial.

Irak: le régime irakien qui est un régime chiite, lui aussi, utilise ces extrémistes pour discréditer les manifestations des sunnites dans l’ouest de son pays, et pour gagner le soutien de la communauté internationale.

Iran: l’Iran qui est le principal allié de ces deux régimes (syrien, et irakien), avec la monté de ces extrémistes,trouve un terrain favorable pour concrétiser ses interventions, dans les pays de la sous-région ce qui lui permettra de réaliser son rêve sans l’arme nucléaire : devenir une grande puissance régionale.

Turquie: la Turquie est considérée comme le pont par lequel les extrémistes vont et viennent avec le soutien de son régime islamiste. La Turquie qui rêve d’instaurer une sorte d’Empire ottoman sert aussi de couverture diplomatique à ces extrémistes.

Qatar: petit émirat arabe, il est derrière les extrémistes partout dans le monde. Il fait cela en utilisant ses moyens médiatiques (Al-Jazira), ses bonnes relations avec les Occidentaux, et surtout ses relations avec les Américains qui ont des bases militaires sur son territoire.

Arabie-Saoudite :  ce pays fait tout pour contrer l’Iran son principal adversaire dans la région, mais aussi pour empêcher l’expansion des Frères musulmans qu’il considère comme des ennemis idéologiques.

Conclusion : Alors on peut dire que les extrémistes ont trouvé une terre fertile, pour y mener leurs activités, et qu’ils jouent sur les différences entre les pays de la sous-région pour étendre leur influence, ce qui veut dire que la solution ne peut être jamais militaire, et les Américains le savent bien plus que nous