Tamasheq, une langue des pierres!

tifinagh

Si, la pierre symbolise l’immobilisation, si la pierre symbolise l’ignorance, si la pierre symbolise l’inconscience. Mais aussi, si la pierre symbolise la solidité, et si la pierre symbolise la continuité d’un état à travers le temps. Alors dans ce cas on peut bien qualifier la tamasheq, d’une langue de pierres, parce qu’il s’agit d’une langue parlée par une communauté qui a les même caractères que les pierre: L’immobilisation, l’inconscience, l’ignorance… Mais aussi la solidité, la continuité à travers le temps. Et, comme tous les langues ne sont que l’image de leurs peuples, et cela pourrait être aussi plus visible dans le cas de tamasheq.Ce qui est choquant c’est le fait que cette langue est presque protégée  par les pierres presque plus que par son peuple (les touaregs), une langue qui n’arrive guère à évoluer depuis que  ses locuteurs ont commencé à l’écrire sur les pierres. Et pourtant les touaregs ont beaucoup de poètes, et leur littérature orale est très riche, mais leurs poètes n’ont jamais écrit leurs poèmes. Est-ce parce qu’ils ne savent écrire? Ou bien ils n’ont pas le temps de le faire, surtout dans une société nomade?

En réalité si, la tamasheq n’a pas encore disparu, c’est parce qu’elle n’a jamais exister en tous cas tel que une langue écrite. Et, la même chose on peut la dire aussi à propos de touaregs, si ce peuple n’a pas encore disparu c’est parce qu’il n’a pas encore exister tel qu’une nation comme le souhaite les touaregs. Même s’il y a eu plusieurs nations dans dans l’histoire touarègue, ces nations n’ont jamais été unifiées dans une seule nation ancrée dans l’identité touarègue.

Une langue, qui a une écriture mais pas écrit!

Alors la question qui revient souvent: à quoi sert cette écriture? S’il s’agit vraiment d’une langue orale. La tamasheq est l’une de rares langue africaine, qui possède un alphabet spécial et cela depuis longtemps (les caractères tifinagh). Et pourtant cette langue reste toujours une langue orale, et comme je l’ai dit les touaregs ont littérature très riche est abondante mais, ils ne l’ont jamais écrit. En réalité les touaregs n’ont pas une tradition, ou une culture d’écriture, raison pour laquelle les caractères tifinagh ont été utilisés à d’autres fins tel l’ornement des objet, et l’identification des animaux .

 

Nouakchott en proie aux inondations

 

Source: www.arabliss.wordpress.com

Source: www.arabliss.wordpress.com

C’est bientôt l’hivernage à Nouakchott, et si vous pensiez y passer vos vacances, l’idée ne serait pas très bonne. C’est dans cette ville que l’océan Atlantique et les nuages se rencontrent parfois, une rencontre source de dégâts. Des quartiers entiers sont envahis par les eaux. Ce n’est pas tant à cause des fortes pluies, La pluviométrie est faible en Mauritanie en général et surtout dans la zone où se trouve la capitale, le nord-ouest de la région de Trarza).

Ce qui aggrave la situation, c’est qu’une bonne partie de la ville est située en dessous du niveau de la mer. Il suffit de creuser un mètre ou moins pour atteindre l’eau. A certains endroits, il n’est même pas besoin de creuser, c’est l’eau qui émerge. Les habitants sont obligés d’abandonner leurs maisons. Des quartiers entiers sont devenus des zones fantômes : SOCOGIM-PS, BAGDAD, une bonne partie d’El-Mina, et de Sebkha… Il suffit de vous dire que l’école d’El-Mourabitoune, dans le secteur de SOCOGIM-PS, l’une des écoles de Nouakchott les plus anciennes est devenue un lieu de refuge pour les vaches , tout comme d’autres écoles à El-Mina.

On peut dire que l’hivernage’est pas l’acteur de cette situation désastreuse. Mais malgré leur faiblesse, les pluies sont un facteur d’aggravation et les habitants sont abandonnés à leur sort.

Il suffit de vous dire qu’il n’y a aucun réseau de canalisation à Nouakchott pour traiter les eaux pluviales. Et jusque-là, le gouvernement n’a rien fait pour résoudre ce problème. Ce désastre écologique reste un défi majeur pour le pays. Le milieu intellectuel parle souvent de changement climatique, un argument qui ne convainc pas la plupart de citoyens. Peu à peu, ces derniers abandonnent leurs abris.

Cette ville où j’ai passé presque toute ma vie n’est plus que l’ombre d’elle-même. Et même si Nouakchott est dans une pleine révolution urbaine, ce désastre écologique reste un défi majeur.

Extrémisme, une arme contre la mondialisation

images pegida

Source: www.jforum.fr

Comme le dit la physique newtonienne : « Chaque action à une réaction ». Cela est vrai aussi sur le plan social qu’en mécanique. Aujourd’hui, si vous observez l’explosion de tendances extrémistes dans le monde, ce n’est pas pour rien. Des individus, des groupes, des Etats… tous craignent ce dinosaure (la mondialisation), qui risque d’avaler tout d’un seul coup et qui avance à grands pas. Oui la mondialisation risque d’avaler les cultures, les identités, les frontières, les économies… Alors où est la solution ? Moi ne me posez pas la question, je n’ai pas la réponse. Et pourtant les hommes politiques ont trouvé une solution. Oui une solution, mais en vocabulaire mathématique. Ils ont trouvé une solution politique, et qui dit politique dit INCERTITUDE. La solution qu’ils ont trouvée est l’extrémisme. Oui parce que l’extrémisme nous permet de nous enfermer sur nous-mêmes, et ça nous permet de nous protéger, de protéger nos cultures, nos identités, nos économies… Certainement pas, comme je l’ai dit il ne s’agit pas d’une solution mathématique, juste une solution politique, et qui dit solution politique dit une solution temporaire qui nous permet de résister à cette mondialisation  féroce. Ainsi le musulman s’enferme dans son islamisme pour se protéger d’une laïcité qui commence à faire la promotion des idées les plus lugubres : par exemple la théorie du genre ! Et le Français trouve dans les idées nationalistes du Front national la voix vers la France exemplaire dont le marché ne doit pas être inondé par les produits allemands, et dont l’armée ne doit être un cheval de cow-boy. Quant à l’Allemand dont le pays est plongé dans une crise démographique il trouve dans les idées de Pegida et autres partis une solution à son problème : Jouer sur l’islamophobie afin de faire barrage à l’immigration de masse. Sachant que même si l’Allemand a adopté l’immigration comme une solution à son problème cela ne veut pas dire l’immigration de masse. Et comme le dit quelqu’un : « L’ouverture d’esprit n’est pas une fracture de crâne ».

En conclusion tous ces gens appelés extrémistes, ne le sont pas de leur naissance. Ils sont juste des gens qui ont peur de cette mondialisation barbare, et peut-être ils ont raison. Le FN, Pegida, Ukip, l’islam politique… toutes ces tendances ne sont que des moyens utilisés par l’homme ça et, là pour protéger son identité, sa culture, son économie, sa frontière…

 

Un autre accord algé-rien

négociation

Le président malien IBK l’a déjà dit: « Il n’y aura ni l’autonomie, ni le fédéralisme ». Alors que les groupes armée du nord (Le CMA) quant eux, ils ont exprimé qu’ils ont renoncé à l’indépendance qu’ils ont déjà autoproclamé, à condition qu’il y aura au moins une autonomie ou un fédéralisme. Et à partir de ces deux positions nous pouvons dire qu’il n’y aura RIEN. Puisque l’accord « algé-RIEN » est un accord qui se positionne du coté d’IBK, et qui ne prend pas en compte les amendements, et les revendications des autres groupes. Le gouvernement malien ne propose qu’une décentralisation déjà acquis dans un autre accord « algé-rien » (l’accord des années 1990) et, qui n’a RIEN apporté au problème du nord. Et comme il n’est pas prêt à lâcher RIEN,  le gouvernement malien va tout perdre. Puisque « qui essaie de gagner tout va perdre tout« . C’est cette position qui fait que le gouvernement malien ne veut que la médiation algérienne, car c’est la médiation qui peut lui permettre de préparer un accord tout « algé-RIEN« . Un accord qu y aura dans le nord une légitimité pareille à celle du gouvernement malien dans le nord; puisque l’accord n’a pas été paraphé par les principaux groupes du  nord, et les élections qui ont qui ont porté le gouvernement d’IBK ont été boycotté par la population du nord surtout les touaregs.

A mon avis le mot « RIEN » résume tout le contenu de cette accord « algé-rien« . Certains s’interroge pourquoi on essaie pas avec une autre médiation? Si le médiateur algérien n’a pas pu aboutir à un accord, qui soulage le deux parties belligérantes. La réponse est très simple, pour ceux qui connaissent le problème touareg cette question ne se pose jamais. Comme je l’avais dit dans « un article précédant » le Mali ne veut que la médiation algérienne parce que l’Algérie est avant tout un allié stratégique pour le Mali avant qu’il ne soit pas un médiateur: L’Algérie est touché par le même problème qui touche le Mali c’est-à-dire la « touaregophobie« . Ces deux ancienne colonies française ne cessent de dire que la France veuille créer un état pour les touaregs, sachant que rien n’aurait pu empêcher la France de le faire si elle l’avait voulu. Cette thèse est sans fondement d’autant que c’est la France qui a endigué les état touaregs autrement dit les confédérations touarègues (Azawad, Hoggar, Aïr, Azdjer). Et c’est la France qui a créé le Mali, et l’Algérie, sur ces territoire sans consulter les touaregs. Alors on peut dire que les touaregs on bien les droits de faire les bruits.

-Le statut de l’Azawad: un épine au pied du Mali:

C’est le point qui fait mal au Mali, chaque fois que les négociations arrivent  à ce point le gouvernement malien affiche sa réticence à poursuivre le dialogue, puisque ce gouvernement ne veut pas parler du problème de fond, et préfère de faire quelques arrangements avec les chefs des groupes armés en utilisant l’Algérie comme facilitateur.

-Une situation chaotique dans tout le pays:

Peut-être les derniers événements qui se sont déroulé hier (le 27/04/2015)  en ont la meilleur illustration. Le Mali s’appuie sur les milice pour semer le chaos dans la région, afin de combler la manque provoqué par la faiblesse de son armée. Sachant que rien n’assure que ces milices ne retournent pas leurs arme un jour contre le Mali. Ajoutons à cela que cette stratégie n’est plus efficace puisque le chaos commence à gagner le sud et le centre  du Mali.

Alors on peut dire que même si le CMA s’engage à signer l’accord algé-rien le 15 Mai à Bamako, cela ne changera RIEN sur le terrain.

 

 

 

 

Tripoli, petite image de la Trilibye

Tripolitane-Cyrénaïque-Fezzan

Source: Wikipédia

C’est comme s’il y avait quelque chose de magique dans le préfixe grec « tri » avec lequel commence le mot Tripoli (en grec tri : trois et, polis : cité), à mes yeux il s’agit d’une nomination très sage qui peut décrire l’état dans lequel se trouve la Libye pas seulement aujourd’hui, mais aussi hier. La Libye était presque toujours « Trilibye« , et cette partition que nous voyons aujourd’hui est une ancienne réalité qui a été ressuscitée en 2011 après l’intervention française pour soutenir les insurgés libyens. Le terme Libye vient du grec « Libya » qui lui-même vient du terme égyptien « libo » que les Egyptiens donnent à la population blanche qui occupe le nord-ouest de l’Afrique; c’est-à-dire les Berbères. Le terme « Libya » correspond à ce qui est connu en français par le terme « Berbérie » ou encore « Maghreb » et en arabe par le terme : « El-Maghrib« . Tandis que l’actuelle Libye était repartie en trois régions :

1-La région tripolitaine : Le nord-ouest de l’actuelle Libye où on trouve la ville de Tripoli.

2-La région de Cyrénaïque : L’est de l’actuelle Libye, mais ça peut désigner aussi avant l’ouest de l’actuelle Égypte.

3-La région du Fezzan : Le sud-ouest de l’actuelle Libye cette région fut à un moment un état de garamantes comme l’indiquent des historiens grecs.

La situation actuelle:

1-Aujourd’hui, la Libye est divisée en trois parties dans la région de Tripoli où on trouve un gouvernement non reconnu par la communauté internationale.

2-A l’est un gouvernement reconnu par la communauté internationale. Mais qui ne contrôle pas la capitale Tripoli. Ce gouvernement siège à Tobrouk.

3- Au sud c’est l’anarchie totale qui règne, et aucun groupe ne peut revendiquer son autorité sur cette partie de la Libye.

Et pour ceux qui aiment la logique géométrique, nous pouvons faire une métaphore dans laquelle la Libye (en réalité la Trilibye) n’est que l’image de Tripoli par une homothétie dont le centre est une intervention étrangère (romaine, italienne, française…) et dont le rapport est égal aux nombres de groupes armés qui naissent après chaque intervention.

Il y a donc tant d’arguments qui peuvent dire que la Libye était toujours une Trilibye.

Les festivités de 6 avril en Azawad

militants de MNLA

militants de MNLA

Depuis le 6 avril 2012, cette date qui marque l’annonce unilatérale de l’indépendance de l’Azawad faite par le MNLA à Gao. Cet événement est devenu une fête majeur chez une bonne partie des azawadiens surtout dans les zones où l’armée malienne a été chassé par les mouvements du nord, comme  kidal et Meneka. Mais aussi dans les camps de réfugiés à M’bre en Mauritanie, et au Burkina, ce qui explique que même si les groupes armées ont renoncé à l’indépendance de l’Azawad sous la pression de la communauté internationale leurs bases restent très attacher à cette indépendance même s’il n’est pas reconnue par la communauté internationale. Déjà il semble que les divergences sont considérables entre les mouvement azawadiens et, leurs bases et c’est ce que nous avons constaté lors de dernières négociations entre ces mouvements et le Mali, puisqu’ils étaient contre toute solution qui ne prévoit au moins une fédéralisme pour les régions du nord.

Les messages  politiques de ces festivité:

manifestation

Même si cette date ne représente rien ni sur le plan national ni sur le plan international, les habitants du nord hostiles à la présence de l’armée malienne y trouvent une bonne bonne occasion pour exprimer leurs sentiments indépendantistes. Ce qui mette en lumière la fragilité de l’état malien et son incapacité à maintenir son existence sur long terme.

Et si on ajoute à cela que l’armée malienne est absente dans le nord et, que les quelques soldats qui sont présents sur les terrain sont cantonnés dans leurs camps sous la protection de l’armée française et de casques bleus. On peut dire avec certitude que la partition est déjà faite et, que cette date est une réalité que personne ne peut occultée.

Alors même si cette indépendance est rejeté par la communauté internationale, elle es de plus en plus accepté par l’actualité. Et l’unité du Mali est loin d’être une chose réalisée.

Une blague et pourtant réaliste !

220px-Valls_Toulouse_2012

Manuel Valls source: wikipedia

 

Après les élections départementales et la lourde défaite infligée au parti gauche,  je pense qu’il est mieux pour François Hollande et son gouvernement de rejoindre l’UMP. A mes yeux, il me semble que c’est la meilleure solution pour combattre le FN (le Front national), d’autant que le premier ministre Manuel Valls mène déjà une politique de droite. Ajoutons à cela que Valls a fait la campagne pour l’UMP autant qu’il l’a fait pour son propre  parti (PS), car il a appelé au front républicain et cela veut dire clairement que les militants de gauche doivent voter UMP dans les départements où les candidats de gauche n’étaient pas arrivés en tête.

Déjà, quand il était ministre de l’Intérieur Manuel Valls était très controversé. Personne n’a oublié ses propos sur les Roms. Adepte de la manière forte, il choque et déplaît à gauche. Quant à François Hollande, il a beaucoup déçu. De plus, il a affirmé qu’il ne se présentera pas à l’élection de 2017 s’il n’arrive pas à réaliser ses promesses : faire baisser le chômage et relancer l’économie. Une tâche très difficile, presque impossible à réaliser en deux années.

D’où on peut dire que la droite à déjà gagné même avant la prochaine présidentielle puisque le gouvernement de gauche qui est en place est en train de mener une politique de droite !

Le Yémen l’autre casse-tête de l’Arabie

toumast

Il semble que les pays du Golf ne savent que faire des ennemis, et ils n’apprennent pas de leurs échecs en Syrie aujourd’hui et, en Irak hier. Poussés par leur haine contre l’Iran ces pays ne savent plus quoi faire, ils ont contribuer au renforcement des extrémistes en Irak et, en Syrie pour faire tomber les régimes en place. En même temps ils protègent la minorité sunnite au pouvoir à Bahreïn. Et ils  contribuent à mater les manifestations populaires que traversent ce pays . En réalité la diplomatie de l’Arabie-Saoudite est un paradoxe partout  dans le monde. Le pays n’a qu’une seule obsession; la monté en puissance de de l’Iran où encore ce qu’il appelle « l’empire perse » ce qui explique d’ailleurs que ce pays vit dans le passé. Le chiisme n’est pas la seule chose qui préoccupe les pays du Golf, l’autre chose qui préoccupe ces pays c’est la forme républicaine, car ils sont tous dirigés par des régimes familiaux qui exerce un pouvoir absolu sans même consulter leur populations.

Ainsi l’opération militaire baptisée « tempête décisive » lancée par l’Arabie-Saoudite risque d’emporter toute la région, et surtout le pays qui dirige cette tempête. Parfois il est très facile d’allumer le feu mais le plus difficile c’est de le contrôler, surtout dans une région plein de Gaz et de pétrole. Sans oublier que le proche-orient est la région ou les idéologies ne manquent jamais.

Quant à l’Iran il va continuer à ce renforcer grâce aux erreurs des autres, ce qui lui permettra de poser plus des carte la table de négociations avec les 5+1 sur son programme nucléaire. Sachant que ce programme nucléaire n’est que l’arbre qui cache la forêt, puisque si c’est le nucléaire qui sur le table, il y a beaucoup sous la table:

1- l’embargo sur les armes iranien, car l’Iran est un pays qui fabrique les armes mais a des difficultés à exporter ces armes.

2-Le poids de l’Iran dans la sous: l Iran est un pays très influent dans la sous-région reste à savoir que cette influence est considérer comme illégale par les occidentaux. Mais la donne risque de changer parce que cette influence contribue désormais à combattre les extrémiste de « l’état islamique » et, d’Al-Qaïda. Alors on peut dire que l’ennemie de mon ennemie est mon amis. Ce qui veut dire que l’Iran et les occidentaux peuvent conclure un accord pour laisser les pays du Golf font cavalier seule.

3-Le programme balistique: Juste après la révolution islamique l’Iran s’est mis à développer son militaire y compris le programme balistique pour protéger sa révolution. Reste à savoir que l’Iran n’est pas la Corée du nord car il se trouve dans région très sensible, qui n’est pas loin de l’Europe et que ce programme balistique peut constituer une menace directe aux pays  européens.

Alors on peut dire que cette tempête risque de n’est pas être décisive, puisque l’Arabie-Saoudite et, ses alliées ne peuvent s’assurer de soutien des occidentaux, et que un accord sur le nucléaire iranien risque de bousculer tout, et laisser la main libre à l’Iran pour soutenir le chiite, sachant que ces derniers peuvent contrôler militairement le Yémen sans même le soutien de l’Iran, et c’est ce qu’il ont fait.

 

post

Vers un accord de qualité «made in Algérie»

manifestation

Une manifestation de femmes touarègues à Kidal

Il s’agit d’une fable écrite par l’Algérie et, jouée par le Mali et ses milices afin de cacher l’échec de la médiation algérienne, et contourner les revendications du peuple de l’Azawad. Nous pouvons observer facilement que l’Algérie pousse la CMA (la coordination de mouvement de l’Azawad) à faire des concessions sans limites alors que le Mali fait des surenchères sans limites . Ce qui veut dire que cet accord est d’une qualité : « made in Algérie » comme les précédents des années 1990 et 2006. Pour exprimer son rejet à ce projet d’accord la population azawadinne a manifesté dans plusieurs villes.

Vous connaissez déjà les produits « made in China » et les  produits « made in  Bangladesh » réputés par leur mauvaise qualité. C’est pareil pour le projet d’accord qui  vient d’être paraphé par le gouvernement malien et ses milices! Cet accord produit à Alger qui sera consommé après à Bamako ne parle ni de fédéralisme ni d’autonomie moins encore de l’indépendance nous dit-on. On s’interroge sur son importance, car il n’a même pas été paraphé par les groupes qui sont opposés au gouvernement malien et qui se sont révoltés en 2012.

En tout cas ce projet d’accord montre que l’Algérie n’est pas neutre dans la médiation parce que les groupes armés ont fait plusieurs concessions, alors que le gouvernement malien n’en a fait aucune. C’est ce qui explique d’ailleurs pourquoi le Mali a toujours plaidé pour une médiation algérienne. Le gouvernement malien sait bien que l’Algérie est opposé à toute indépendance ou autonomie de l’Azawad, car une telle option peut conduit à des revendications pareilles dans le Sud algérien chez les Touaregs du Hoggar. Ce qui veut dire que l’Algérie est un ami stratégique pour le Mali puisque le peuple touareg est un ennemi commun aux deux pays.

 

L’Afrique d’un putschite à un dictateur !

Robert-Aziz

Il y en a qui vont dire que c’est un bon choix , et d’autres qui vont dire le contraire. Quoi qu’il en soit ce qui est intéressant pour l’Afrique, et pour les Africains, c’est d’avoir  bon dirigeant qui peut leur assurer la stabilité et la sécurité. Le fait que ce dirigeant soit un putschiste ou un dictateur n’est pas une chose primordiale, car les simples citoyens sont de plus en plus préoccupés par ce qui leur manque à savoir une stabilité politique et économique.

Ainsi se dessine le trajectoire  du continent africain qui a fait le choix du dictateur Robert Mugabe après le putschiste Mohamed Ould Abdel Aziz, le président mauritanien. Alors merci  encore aux Africains  de ne pas nous  avoir pas déçus. Ce choix s’inscrit dans le cadre logique qui accorde plus d’importance aux dirigeants  qu’à leurs actes! Et plus d’importance à leurs  frontières (l’intangibilité de frontières) qu’à leurs citoyens ! Et souvent plus d’importance à leur politique étrangère qu’à leur politique intérieure, et cela malgré leur faiblesse sur la scène internationale. Mais heureusement, on est si habitué que ces paradoxes ne nous choquent plus.

Et le plus important étant de savoir qu’un bon putschiste ou un bon dictateur vaut mieux  que l’anarchie ou encore un mauvais démocrate. Icar ils sont beaucoup sur le continent les putschistes et, les dictateurs qui gèrent leurs pays plus efficacement que d’autres qui sont élus démocratiquement, et qui finissent souvent par mettre leurs pays sur le chemin de la dictature.

Il ne faut jamais céder aux chantages de la démocratie, puisque la chute de Kadhafi en Libye et de Zeine El-Abidine en Tunisie nous a appris   une bonne leçon sur la psychologie de peuples arabes qui pourrait être pareille à celle de tous les autres peuples africains. Nous avons tendance à dire que nos peuples malheureusement  ne sont pas encore mûrs pour pratiquer la démocratie. Si certains ont dit que la démocratie est une degré de noblesse, il ne faut pas que ces mots soit mal interprété par certains de nous, les africains, puisque ça, c’est une réalité, et personne ne peut l’ignorer sauf ceux qui ne veulent pas parler de leurs problèmes et, fuissent les solutions.

Nous pouvons le dire franchement la démocratie va mal partout en Afrique, si on exclu le Sénégal et, l’Afrique du sud on peut dire avec certitude que la démocratie n’est qu’un décor derrière lequel se cache l’anarchie la corruption et la  mal gouvernance; et les exemple sont très beaucoup: l’Algérie, le Niger, le Mali…

Et si un putschiste ou un dictateur peut tenir son pays sur le rail, assurer la minimum de sécurité, et de prospérité à son peuple, bien entendu la sécurité et, la prospérité ne peuvent être au détriment de liberté individuelle. Où est le problème de lui confier la responsabilité de son état ou encore de son continent. Sans oubliez qu’en Afrique et, dans le monde arabe les groupes qui s’installent à la place de dictateurs, eux aussi ne respectent pas les liberté individuelles non plus. Au contraire ces groupes impose une dictature plus brutale en plus de l’anarchie qu’ils sèment.